FONDATION

Communauté

LE PROFESSEUR ÖBERG ET UPPSALA

L’université d’Uppsala en Suède, est considérée comme l’un des principaux centres mondiaux de recherche sur les cancers neuroendocriniens. Sous la direction du professeur Kjell Öberg, l’université s’est forgée une réputation de centre d’excellence européen en matière de recherches et de traitements.
Ancien chef du département d’oncologie endocrinienne, le professeur Öberg est un spécialiste en endocrinologie. Il a fondé le département d’oncologie endocrinienne à l’hôpital universitaire d’Uppsala, fort de 30 ans d’expérience dans le domaine des tumeurs neuroendocrines.

Le professeur Öberg a été l’un des fondateurs et coordinateurs du « European Neuroendocrine Tumor Society » (ENETS).
Il appuie les recherches sur AdVince menées par son équipe, sous la responsabilité du Dr Justyna Leja Jarblad et du professeur Magnus Essand.

Kjell Öberg

Professeur d’oncologie endocrinienne à la faculté de médecine de l’Université d’Uppsala

Ancien directeur du département d’oncologie endocrinienne de l’Hôpital universitaire, il est spécialisé en endocrinologie et en médecine interne. Il est le fondateur du département d’oncologie endocrinienne de l’Hôpital universitaire d’Uppsala et compte 40 ans d’expérience dans le domaine des tumeurs endocriniennes.

De 1986 à 1992, il a été directeur clinique adjoint à l’Institut Ludwig pour la recherche sur le cancer. De 1998 à 2002, il a présidé le département des sciences médicales de la faculté de médecine de l’Université d’Uppsala. En 2002, il a été nommé doyen de la faculté de médecine, poste qu’il a occupé jusqu’en 2008. Jusqu’en mai 2013, il a été président du Centre d’excellence pour les tumeurs endocrines et vice-président du département d’oncologie endocrinienne de l’Hôpital universitaire d’Uppsala, dans lequel il exerce à présent la fonction de conseiller principal. Il est actuellement professeur adjoint en chirurgie à l’Université Vanderbilt à Nashville, aux États-Unis.

De 1995 à 2000, Monsieur Öberg a été coordinateur au European Neuroendocrine Tumor Network (ENET), dont il compte parmi les fondateurs, et a présidé le Nordic Neuroendocrine Tumor Group. Il a joué un rôle de pionnier dans le traitement des tumeurs carcinoïdes par interféron et avec des analogues de la somatostatine et a développé des tests pour des marqueurs de tumeurs tels que la chromogranine A ainsi que des procédures radiologiques incluant des examens de TEP spécialisés.
En 1988, il a été le premier à décrire une délétion génétique chez les patients atteints du syndrome de néoplasie endocrinienne multiple de type 1 (NEM1). Monsieur Öberg a donné plusieurs centaines de présentations à l’occasion de conférences internationales et a publié plus de 500 articles dans son domaine de recherche ; son indice de Hirsch est de 67 et il a été cité 14 850 fois. En outre, il a écrit de nombreux chapitres sur les tumeurs carcinoïdes dans différents manuels internationaux, y compris Williams Textbook of Endocrinology, Endocrinology : Adult and pediatric de Leslie de Groot et Textbook of gastroenterology de Yamada. Monsieur Öberg est par ailleurs rédacteur en chef du World Journal of Gastroenterology (WJG).

En 1991, Monsieur Öberg s’est vu décerner le prix  » European Interferon Research « . En 2003, l’International Research Promotion Council (IRPC) et le World Scientists Forum l’ont élu éminent scientifique de l’année et, en 2004, l’English Endocrine Society lui a remis la médaille d’or européenne d’endocrinologie. Il a également reçu la récompense Harry Boström de la Swedish Medical Society en novembre 2006 et un prix pour ses recherches cliniques à l’Hôpital universitaire en 2011. En 2014, il a obtenu la médaille Rudbeck pour l’excellence de ses recherches ainsi qu’un  » Life Time Achievement Award  » de la North American Neuroendocrine Society. En janvier 2017, la Swedish Endocrine Society lui a décerné une médaille d’or pour ses recherches et ses activités cliniques inestimables. En mars de la même année, la European Neuroendocrine Tumor Society (ENETS) lui a remis un prix récompensant l’ensemble de sa carrière, suivie par l’Asian Pacific Neuroendocrine Tumor Society (AP-NETS) au mois d’octobre.

Monsieur Öberg est membre de la Royal Society of Science et de la Swedish Society of Medical Research, ainsi que membre honoraire de la Finnish Oncology Society, de la Finnish Endocrine Society et du Spanish Neuroendocrine NET-work. Monsieur Öberg est vice-président de l’ENETS depuis mars 2012 et fait partie du comité directeur du NANETS. Il est également membre de plusieurs autres conseils de recherche et conseils scientifiques nationaux et internationaux ainsi que du conseil d’administration de nombreuses revues scientifiques.

Magnus Essand

Professeur de thérapie génique
Université d’Uppsala, département d’immunologie, de génétique et de pathologie

Depuis 2008, le chercheur Magnus Essand et son équipe de recherche du département d’immunologie, de génétique et de pathologie développent une approche fondamentalement nouvelle du traitement des tumeurs neuroendocrines. Le traitement consiste en un virus oncolytique qui s’est avéré remarquablement efficace pour détruire des tumeurs neuroendocrines chez les souris.

Magnus Essand – Gene, Cell and Immunotherapy of Cancer
Magnus Essand’s research projects on gene, cell and immunotherapy of cancer
The Oncolytic Virus Fund

Justyna Leja-Jarblad

Chercheuse au département d’immunologie, de génétique et de pathologie
Immunologie clinique: groupe de recherche de Magnus Essand

Justyna Leja-Jarblad est chercheuse au département d’immunologie, de génétique et de pathologie de l’université d’Uppsala en Suède. Lors de ses études de doctorat, elle a procédé à la modification génétique d’un virus de rhume banal (adénovirus) pour tuer de manière sélective des cellules cancéreuses neuro-endocrines. Elle est la cofondatrice de la première campagne de financement participatif pour soutenir la mise au point de médicaments.

À travers la campagne intitulée « The Oncolytic Virus Fund » ou « iCANCER », de simples citoyens financent les premières phases d’essai clinique sur le virus oncolytique, qui présente un potentiel thérapeutique évident pour les patients atteints de tumeurs neuro-endocrines et qui n’aurait sinon peut-être pas profité d’une utilisation clinique.

Justyna a obtenu son MSc à l’université Jagellonne de Cracovie, en Pologne, dans le domaine des biotechnologies médicales. Elle a effectué son doctorat dans le groupe du professeur Magnus Essand à l’université d’Uppsala en Suède. Ses recherches ont eu pour principal objectif de développer des virus comme agents anti-cancer, en particulier sur les tumeurs neuro-endocrines et les neuroblastomes, un cancer de l’enfant fréquent. Elle a également travaillé sur le développement de traitements anticancéreux en utilisant des lymphocytes T et des vaccins.

NPF

VictoryNet a établi un partenariat avec une association caritative britannique spécialisée dans les cancers neuroendocriniens, la Net Patient Foundation (NPF), le seul organisme au Royaume-Uni et en Irlande qui offre des informations et des conseils aux personnes atteintes de tumeurs neuroendocrines.

Continuer à lire

SWISSNET

L’objectif de cette association est de créer un réseau national, en vue d’élucider d’importantes questions relatives aux tumeurs neuroendocrines.

Continuer à lire

NOS VOIX MÉDIAS

Sans l’engagement et l’entêtement d’Alexander Masters, de Dominic Nutt et de Liz Scarff, la fondation VictoryNET n’aurait peut-être pas vu le jour. C’est vraiment grâce à leur battage médiatique que le sujet des TNE est sorti de l’ombre et que l’équipe de l’université d’Uppsala a pu poursuivre ses recherches sur le traitement AdVince. Nous les en remercions du fond du coeur.

Alexander Masters

est écrivain, biographe et scénariste

Né à New York en 1965, il a étudié la physique et les mathématiques à Londres et à Cambridge. Il travaillait comme assistant dans un foyer pour sans-abri, à Cambridge, lorsqu’il a écrit son premier livre, Stuart: A Life Backwards.
Alexander Masters s’est vu décerner le Arts Council Writers’ Award pour cet ouvrage, qui lui a également valu de recevoir le Guardian First Book Award et le Hawthornden Prize, mais aussi de figurer sur la liste des finalistes (dans la catégorie « biographie ») pour le Whitbread Book-of-the-Year Award, le Samuel Johnson Prize ainsi que le National Book Critics Circle Award aux Etats-Unis.

Il en a également réalisé une adaptation pour le petit écran, tournée en 2006 pour la BBC et HBO, puis diffusée en septembre 2007, et couronnée du Royal Television Society Award dans la catégorie « drame simple » ainsi que du Reims International Television Award pour le meilleur scénario télévisé. En 2007, il s’est associé au photographe Adrian Clarke pour publier le livre Gary’s Friends, qui relate la vie de toxicomanes et d’alcooliques dans le nord-est de l’Angleterre. Alexander Masters est également l’auteur de The Genius In My Basement, une biographie du mathématicien Simon P. Norton. En 2016, il a publié A Life Discarded: 148 Diaries Found in the Trash.

Dominic Nutt

Consultant médias, communication et campagnes.

Exploration du volet éthique d’un nouveau concept de financement pour les essais médicaux. Professionnel de la communication globale avec 25 ans d’expérience. Spécialisé dans le développement et la mise en place de plans de communication stratégiques pour les structures complexes et les organisations internationales, la gestion des risques et l’instauration d’alliances solides avec des acteurs qui partagent les mêmes valeurs à travers toutes les disciplines pertinentes, y compris les politiques, les médias, les campagnes et les fonctions marketing.

Liz Scarff

Directrice de l’agence de conseil créatif @Field_craft.

Son travail se situe à l’intersection entre les réseaux sociaux, la technologie, le journalisme et le marketing. Depuis qu’elle s’est aventurée dans la jungle birmane avec des révolutionnaires à l’âge de 18 ans, Liz n’a cessé produire des contenus et des campagnes primés.

Son désir de raconter des histoires l’a poussée à traverser le désert saharien en Lada pour la BBC, à prendre la route du Karakorum au Pakistan à bord d’une camionnette multicolore et à lever 2 millions de livres sterling en faveur d’un traitement anticancéreux négligé – une campagne de financement participatif que le Financial Times a qualifiée de meilleure du genre.

Le travail de Liz a été récompensé à de maintes reprises ; elle a écrit de nombreux articles académiques et a contribué à différents ouvrages sur les tendances des réseaux sociaux et les campagnes qui s’y déroulent.

http://www.fieldcraftstudios.com/