NOTRE  MISSION

L’approche ploutocratique

Les TNE sont relativement rares, en comparaison avec les « quatre grands » types de cancers: sein, intestin, poumon et prostate. Par conséquent, la recherche sur de nouvelles thérapies pour les maladies rares, y compris les TNE, est beaucoup moins développée. En effet, il est plus compliqué de trouver des patients (car il y en a moins) pour entreprendre des essais cliniques. Il est également plus difficile de collecter des fonds pour financer la recherche, car les donneurs préfèrent souvent consacrer leur argent à des maladies majeures, pour lesquelles la découverte d’un traitement aura un plus fort impact sur un plus grand nombre de personnes. Et parce que les compagnies pharmaceutiques ne peuvent pas faire beaucoup de profit sur les médicaments couvrant un marché restreint, comptant moins de patients, celles-ci ont tendance à ne pas investir de l’argent dans ces recherches particulières.

Ces constatations n’ont cependant pas découragé les partenaires de VictoryNet, Alexander Masters et Dominic Nutt. Ils ont imaginé un moyen de financer plus d’essais sur des maladies rares comme les TNE: l’approche ploutocratique. Au cours de ces dernières années, Alexander et Dominic ont mis en évidence que de nombreux essais et initiatives scientifiquement valables, susceptibles d’être bénéfiques pour les patients atteints de TNE, restaient en plan ou étaient abandonnés faute d’argent.

En collaboration avec les universités d’Uppsala et d’Oxford et financés par VictoryNet, ils ont démontré qu’il était possible (tant sur le plan pratique qu’éthique) de réaliser des essais cliniques de traitements TNE, financés par des donateurs fortunés qui, en retour, sont assurés de leur participation au programme.Chaque essai, qui ne serait pas financé autrement, est simultanément ouvert aux patients non payants.Cette approche est donc le moyen de trouver de l’argent frais pour la recherche sur des maladies rares, plutôt que de chercher à accaparer des sommes nécessaires à d’autres essais médicaux.

Lisez ici l’article d’Alexander Masters et de Dominic Nutt sur la proposition ploutocratique (en anglais), publié dans le British Medical Journal.